Loi AGEC.JPG

La Loi AGEC, symbole du mouvement zéro déchets  

La loi relative à la lutte contre le gaspillage et l’économie circulaire, communément appelée loi AGEC, vise à préserver la biodiversité et à réduire les déchets sur le long terme. Pierre Filstroff, nous explique les conséquences sur le service Prepack de Grosbusch.  

L’écologie est compatible avec la productivité : 

  • Emballage filet : emballage réalisé à partir de cellulose de hêtre. Il est 100 % d’origine biologique, 100 % biodégradable et 100 % compostable. Très beau visuel, disponible en plusieurs couleurs avec une très bonne tenue dans le temps. Nous l’utilisons sur une machine automatisée : une agrafeuse horizontale permettant d’emballer les produits adaptés à ce type de conditionnement.

  • Emballage 100 % carton : emballage composé d’un ravier carton d’une forme particulière (avec rabats) et d’un ruban en papier. Cette solution est donc 100 % recyclable. Ce conditionnement est aussi réalisé sur une machine automatisée : une banderoleuse. Cette solution est adaptée à certains produits : les fruits et légumes fermes.

  • Elastitag : Il est écologique dans le sens où cet emballage est réduit au strict minimum, il permet de communiquer les informations uniquement nécessaires à la commercialisation des produits par le biais d’une étiquette enroulant le produit. Ainsi, aucun autre emballage de type carton ou plastique n’est utile. Cet emballage est seulement adapté à certains produits (botte de poireau, céleri branche, …).

Pouvez-vous nous expliquer le principe de la loi AGEC et quel est l’impact sur le service Prepack ? 

Le principe de la loi AGEC est de tendre vers un emballage sans plastique pour les fruits et légumes conditionnés en poids inférieur à 1,5 kg. Cela s’étale sur plusieurs années et commence dès le 1er janvier 2022 pour certaines familles de produits. Pour le service Prepack de Grosbusch, cela engendre une remise en question totale mais nous avons anticipé cette évolution en investissant dans de nouvelles machines d’emballage. Nous devons continuer à nous réinventer pour offrir à nos clients des conditionnements écologiques. Cela nécessite une veille du marché de l’emballage et de repenser les solutions proposées en fonction des différentes familles de produits.