Senan Zossou (Grosbusch) :
L’agréage, 
le goût de la qualité

Le service agréage occupe un rôle central dans le contrôle
qualité des fruits et légumes. Senan Zossou, responsable agréage
nous en explique les rouages et les missions.

Quelle est la mission du service agréage ?

Notre rôle consiste principalement à contrôler la marchandise. Pour cela, nous commençons par enregistrer les chauffeurs dans notre registre d’accueil à leur arrivée. Une fois les fruits et légumes déchargés, nous procédons à un contrôle de la température afin de nous assurer du respect de la chaîne du froid et de la bonne conservation du produit. 

 

Après avoir vérifié la quantité livrée, nous nous intéressons à la qualité en nous basant sur l’aspect, la qualité gustative et la traçabilité de chaque référence. Nous plaçons ensuite les produits dans des cellules dédiées s’ils correspondent à nos attentes. La marchandise part finalement en zone de préparation. Via ces différentes missions, le service d’agréage garantit l’arrivée de fruits et légumes de qualité chez le client, et ce, dans d’excellentes conditions de transport.

"Grosbusch ne cherche pas tant à faire du volume, mais plutôt à assurer au consommateur qu’il achète des fruits et légumes de qualité."

À quels défis l’agréage est-il confronté ?

Notre principale mission consiste à garantir au consommateur final des fruits et légumes sains et de qualité. Il en va de notre responsabilité et de celle de Grosbusch pour tout produit livré et consommé. D’où l’importance d’être méticuleux à chaque étape et d’aller au-delà de la simple observation visuelle. À titre d’exemple, une température conforme au sein d’un camion de livraison n’assure pas forcément le respect de la chaîne du froid tout au long de son parcours. Depuis les débuts de l’entreprise, cette quête de qualité représente à la fois notre défi du quotidien et notre réputation. Le métier de grossiste étant très compétitif, tous nos services doivent se plier à ce challenge. Pour cela, Grosbusch ne cherche pas tant à faire du volume, mais plutôt à assurer au consommateur qu’il achète des fruits et légumes de qualité. L’autre défi auquel nous sommes confrontés reste bien évidemment l’innovation. L’entreprise négocie actuellement un virage technologique. Pour ce faire, elle déploie de nouveaux programmes promettant des perfectionnements majeurs, notamment en matière de gestion de stock, de traçabilité et de gestion des données via une interface visuelle et facile d’usage.

Quelle vision avez-vous de Grosbusch ?

Grosbusch demeure une entreprise ambitieuse souhaitant asseoir sa position de leader au Luxembourg. Certes, elle met tout en œuvre pour consolider sa réputation et son expertise. Mais pour moi, Grosbusch reste avant tout une société où il fait bon vivre, notamment car elle nous donne les moyens de réaliser notre travail dans les règles de l’art. Elle cultive également une forme de sérénité, nous permettant au quotidien de nous épanouir et d’aller au-delà de notre mission première. Non seulement la belle réputation de l’entreprise fait notre fierté, mais le sens de l’écoute et l’ouverture de la direction rendent notre travail encore plus appréciable. Au-delà des simples valeurs économiques, Grosbusch évolue dans une ambiance familiale ce qui - pour un père de famille comme moi - a forcément une résonance toute particulière.