Vincent Bellinger et Frédéric Salvi (Grosbusch) : Fruits et légumes, une question de flux

Pour proposer des fruits et légumes de qualité aux clients, la logistique joue un rôle déterminant. Vincent Bellinger, Frédéric Salvi et Christian Gregorius, respectivement Responsable Flux et Entreposage et Responsable Logistique Interne et externe chez Grosbusch, nous en dévoilent les coulisses.

Quelles sont les missions de vos deux services ?

 

Vincent Bellinger  : Au sein de Grosbusch, mon service s’occupe des flux logistiques dans l’objectif d’améliorer le mouvement des palettes et des vidanges. Cela passe tout d’abord par la gestion des flux externes, notamment à travers la livraison et la reprise de consignes chez le client et l’optimisation du parcours et de la durée des tournées. Dans une optique de réduction des coûts, nous devons aussi gérer des flux internes, principalement en ce qui concerne l’emballage, l’entreposage et la gestion des stocks. Je soutiens également mes collègues dans la préparation des commandes et sur le transport.

Frédéric Salvi  : Le service de logistique interne veille principalement à l’optimisation de la préparation des commandes de fruits et légumes. Pour cela, je chapeaute une équipe de jour qui réalise le gros de la commande, puis une équipe de nuit de plus petite taille dont la mission consiste à la finaliser. L’objectif : nous assurer que toutes les commandes soient finalisées et facturées à quatre heures afin de permettre aux chauffeurs de les charger et de les livrer dans les délais impartis. Ce cycle quotidien débute à neuf heures et prend fin 17 heures plus tard.

“Le distributeur ne se contente plus d’un simple fruit ou d’un légume. Il attend désormais un produit de qualité et livré dans les temps.”

Quels challenges rencontrez-vous au quotidien ?

Vincent  : Nous devons répondre à des exigences et à des demandes clients de plus en plus complexes. Le distributeur attend désormais un produit de qualité, livré dans les temps et respectant tous les standards de conformité, dont la chaîne du froid par exemple. D’un point de vue plus technique, nous faisons face à un autre type de challenge : le déploiement d’un progiciel de gestion intégrée (PGI). Sa conception demande d’ailleurs une forte implication de nos équipes et une collaboration étroite avec la société développant cette solution.

Frédéric  : Au vu des importantes dimensions du dépôt, notre priorité reste d’augmenter notre productivité. Cela passe par une meilleure identification des pertes de temps et la facilitation du travail des préparateurs, mais aussi par l’optimisation de la préparation et de la distribution des commandes. Pour y parvenir, nous devons collecter et transmettre au quotidien les données de l’ensemble des services. Une mission tout particulièrement indispensable pour l’efficacité de l’équipe de nuit, composée de 14 personnes, car elle peut rapidement se retrouver isolée si elle ne dispose pas des informations nécessaires.

Que représente Grosbusch pour vous ?

Vincent  : Pour moi, Grosbusch se résume en un mot : le dynamisme. L’entreprise cherche à se développer au quotidien et à relever de nouveaux défis. Cette culture du dépassement et cette soif d’ambitions sont, à mon sens, deux qualités rares de nos jours. Voilà pourquoi je prends plaisir à y travailler.

Frédéric  : Le travail d’équipe et la complémentarité représentent deux facettes importantes de Grosbusch à mes yeux. Si un service venait à être défaillant, les autres ne pourraient plus travailler efficacement. J’apprécie le fait que nous avancions tous ensemble, avec énormément de réactivité et, plus important encore, dans un environnement très agréable. Cette situation est notamment rendue possible grâce à l’accessibilité de la direction et à sa volonté de bien connaître les salariés et de partager leurs valeurs.